Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 23:45

D’un ongle le soleil transforme en orpiment

Le cristal déposé sur la lèvre des roses,

La lumière éclabousse et nuance les choses

A chacune donnant un singulier pigment…

 

Fastueuse, une main descend du firmament,

Elle tisse l’azur de ses doigts virtuoses

Et apaise du jour les vives ecchymoses

Que la nuit alimente au gré du sentiment…

 

Le secret est le lien qui du ciel à la terre,

De l’un à l’autre, unit les êtres et libère

L’essentielle matière immanente à l’esprit…

 

Au cœur de l’infini tout, quelque part, subsiste,

Ce qui s’éteint le soir à l’aube ressuscite ;

Pérenne l’énergie éveille le conscrit…

Partager cet article

Repost0
7 juin 2009 7 07 /06 /juin /2009 16:12

   

Résultante immanente à la crémation

De l’astre primordial, la lumière éparpille

La vitale énergie inscrite en apostille

Dans l’abysse infini de la création…

 

Corps minéral soumis à l’exposition,

La terre sous l’igné s’anime puis scintille,

Singulière, la vie éclôt sous sa coquille,

La flamme unie à l’eau répand l’équation…

 

Poussière d’oxygène en quête d’existence,

Enfant prodige, l’homme, issu de la substance,

Saisit par le mystère et son opacité,

 

Interroge le ciel et demande assistance :

" Ô ! Féconde matière instruis mon ignorance,

Offre-moi le secret de l’immortalité… ! "

 

Partager cet article

Repost0
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 23:25

Je suis l’être de feu, la flamme et puis la cendre,

J’en porte, estampillé, sur ma robe, le sceau,

Gardienne du mystère entre la terre et l’eau,

Dragon des temps anciens, je suis la salamandre…

 

A qui veut bien la voir, lorsque je vais m’étendre

Au fond des lacs boueux, l’argile pour berceau,

Depuis plus de mille ans l’empreinte sur ma peau

Dévoile à l’initié ce qu’il désire apprendre…

 

Je conserve le don de l’âge primitif,

Sans cesse je renais sous l’œil admiratif,

La vie et la mort sont une et semblable chose…

 

Substance intemporelle au cœur de l’infini,

Enroulé sur lui-même, ovale indéfini ;

L’univers trouve corps dans la métamorphose…

Partager cet article

Repost0
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 01:19

 

 

                                       

J’ai dessiné des ponts, des arches basaltiques,

J’ai peint des arcs-en-ciel, de flamboyants piliers,

Parvenu sur le seuil des chemins singuliers,

Je me suis endormi sous de vastes portiques…

                                                  

Du rêve, j’ai franchi les colonnes mystiques,

Lumignons mordorés, de divins chandeliers

Accompagnent mes pas jusqu’aux flots séculiers,

Là, tremblant, j’ai scruté les miroirs prophétiques…

 

Surgissant de l’aven apparaît le chasseur,

Il me guide du doigt vers l’onde souterraine,

Sur les rives m’attend l’immuable passeur…

 

Je me sens dénudé par la main souveraine,

Je ne sais de quelle eau sera le châtiment,

Muet, le batelier suivra le jugement…

 

 

 

Partager cet article

Repost0
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 00:00

 

 

Sur la rose au matin, brisure de cristal,

Délicate se pose, ingénue, angélique

Une larme de vie au reflet majolique

Dont la nacre laiteuse ourle le végétal…

 

Emerge de la nuit l’astre fondamental,

Flamboyant le soleil ivre d’alcool malique

Sur les lèvres du jour s’abandonne éthylique,

Couché sur l’orient se lève horizontal…

 

Le ciel étend son dais bleu, l’infini se voile

Et laisse place nette à la terrestre étoile,

Des elfes lumineux lutinent sur ses pas… 

 

Du prodige étonnant, condition première,

Humide, la rosée épouse la lumière,

Enfant contemplatif, l’homme absout le trépas…

 

Partager cet article

Repost0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 23:20

Indicibles fragments, échos de vérité,

Les jardins de mon cœur sont garnis de poussières,

J’entrevois de mon art les figures grossières

Et je sème les mots avec humilité…

 

O ! Muses, de mon âme élisez la bonté,

De mon esprit, chassez les clameurs carnassières,

Le partage et la paix pour ondes nourricières,

De l’amour fraternel, montrez moi la beauté… !

 

Pour ne point succomber saisi par l’asthénie,

Modeste ménestrel en quête d’euphonie,

C’est aux sources du sens que je viens m’abreuver…

 

Je caresse des yeux le miracle solaire,

Entre doute et clarté, le bien être d’œuvrer

Adoucit les aigreurs du chemin séculaire…

Partager cet article

Repost0
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 11:14


Esquif de papier, j’arpente le ruisseau,

Ballotté par le sens, d’un point, d’une virgule

Immobile et contraint, quand la rime bascule,

A mon vers suspendu, je ne suis qu’un roseau…

 

Une main me saisit, je chemine sur l’eau,

Entre rêve et présent me voici funambule,

Un verbe inachevé dans mon cœur déambule,

Sur l’instant je me crois devenir un oiseau…

 

De mon être profond, sans doute imaginaire,

J’exalte clairvoyant la folie ordinaire,

C’est aux sources des mots que je viens m’arrimer…

 

Écho de coquillage aux maintes fulgurances,

Qu’importe si je n’ai qu’absurdes résonances,

L’essentiel n’est-il pas le sentiment d’aimer… ?

Partager cet article

Repost0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 10:17

 

 Intrinsèque prélude à l’aurore première,

Une flamme jaillit du vide vespéral,

Emerge inachevé le monde sidéral

De la fusion nait l’essentielle matière…

 

Composé de fragments liés par la lumière,  

De la vie annonçant le principe augural,

Quintessence du corps de l’être minéral,

Une larme d’eau glisse et s’évapore entière…

 

L’œil mouillé, le soleil déverse des ruisseaux

D’or liquide inondant l’espace d’oiseaux

De sel qui d’un baiser ensemencent la terre…  

 

Le grain murit dans l’ombre, il offre au ciel sa sève,

La lune le féconde alimentant le rêve,

L’homme étanche sa soif troublé par le mystère …    

 

Partager cet article

Repost0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 00:29

 


Subsistance de l’âme, ineffable à transcrire,

Dont seul le cœur pressent la révélation,

L’étonnant et l’espoir pour résurrection,

Lorsqu’émerge l’esprit la parole chavire…

 

De cette chose en soi que nul ne sait décrire

Dont l’essence nourrit la méditation,

Que nous concevons comme une rédemption,

Du doute qui l’instruit, que puis-je encore écrire… ?

 

Que peut l’homme perdu face à l’éternité ?

La foi ne suffit point pour sentir l’entité ;

Il n’est pas de possible amour sans vision…

 

Ce qui résonne en nous, libre dans l’univers,

Se propage et s’épand…De sentiments divers,

Le verbe, au firmament, nomme sa passion…

 

 

Partager cet article

Repost0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 00:25

                                              

Comme seul un soupir sait bien se faire entendre,

Fluide comme l’éther, je glisse entre deux eaux

Vers ces rives sans âge où rêvent les oiseaux,

Des murmures du temps ne reste qu’une cendre…

 

Sur le fil de la vie universel et tendre,

Libéré de mon corps, ce fragile roseau,

J’ignore de l’oubli le terrible ciseau

Avec douceur, je vais sur son souffle m’étendre…

 

Sur les ruines du monde, instruit par le destin,

J’inhale de la paix l’effluve clandestin

Et découvre le lien unissant toutes choses…

 

Discernant de l’amour le chemin intuitif,

Je renais bienheureux au bonheur primitif

Et cueille dans le ciel des pétales de roses…

Partager cet article

Repost0