Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2017 3 01 /11 /novembre /2017 16:01

Vestale chevelure aux limites du ciel,

Les Pyrénées au loin crénellent l’amplitude ;

S’épandent sur ses flancs des coulures de miel,

L’horizon s’enlumine et prend de l’altitude…

 

Lâchant ses alezans aux torses flamboyants,

Prolixe le soleil, avec les dieux, parlemente.

Longs frémissements sous ses doigts ondoyants,

En tranches de citron, l’espace se fragmente…

 

Des nuées en jupons, coiffées de capelines,

Toute de transparence, empaumées d’écheveaux,   

Essaiment à tous vents leurs rubans d’agnelines ;

Sur des cordeaux de lin ondoient des baliveaux…  

 

En écharpes d’iris, papillonnent dans l’air

Des prismes de cristal. Céleste blanchecaille,

Portant sur son épaule un grand couffin bleu clair,

Une ondine sinue entre des brins de paille…

 

Estampilles d’amour sur le buvard des jours,

Cascade mordorée aux reflets inclassables,

La lumière parade en ses plus beaux atours ;

Musardent dans l’éther des moirages de sables…

 

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2017 3 01 /11 /novembre /2017 15:53

Cascatelles de miel ensilées en faisceaux,

Dès l’aube, le soleil maquille ses yeux d’eaux

Sur des miroirs de sel. Silhouettes câlines,

Le ballet des ajoncs festonnent les salines…

 

Tandis que le colvert fait toilette au matin,

Froissements d’organdi, de plumes et satin,

Sous un ciel azuré sablé de couperoses,

Ailes déployées, glisse un vol de flamands roses…   

 

De La Palme à Gruissan, le peuple des oiseaux

S’ébrouent en escadrille. Au-dessus des roseaux,

Bruissements épars aux limites des terres,

De grands goélands blancs s’envolent solitaires…

 

Sous un souffle de brise aux accents occitan

Ici dans ce pays le cœur papillotant

Au pas lent d’un héron, la salicorne danse ;

Faune et flore en osmose oscillent en cadence…

 

 

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2017 3 01 /11 /novembre /2017 15:46

Une brise, d’un ongle, érafle les salines,

La salicorne ondule au souffle d’un flûteau.

Allant à pas de chat, L’aigrette, au fil de l’eau,

Agite son plumet ourlé de cornalines…

Chamarrés de pastels, le mauve et l’aubergine

Irisent les œillets. Des écharpes d’iris  

Alcoolisent la fleur de sel. Les tamaris,  

S’enivrent de senteurs d’iode et sauvagine…

Sur les aplats d’un ciel froissé de couperoses,

À l’heure où le soleil perd de sa densité, 

Points en suspensions perlant l’immensité,  

Sur la lagune passe un vol de flamands roses…  

Au chant du crépuscule, épandant sa crinière

Sur le monde, la nuit opalise les cieux.

Effeuilleuse du jour, sous des voiles soyeux

L’ombre, en son sein, câline la lumière…  

Jaspés d’opacité, de reflets et mystères,

Musent sur les marais d’opalescents cristaux. 

La lune en son boudoir s’étoile en boqueteaux

Et maquille ses yeux aux limites des terres…

 

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 19:44

Bois de santal, musc noir, nuées de poivres fins,

Au bout des encensoirs, s’évadent sous la voûte.    

Fumerolles au vent, tout le long de la route,

Des bâtonnets d’encens consument leurs parfums…

 

Sous un saule-pleureur ou un palétuvier,

Valses à quatre temps, du printemps à l’automne,

Sur un vieux piano oscille un métronome ;

Des oiseaux de papier s’envolent du clavier…

 

Déjà sur les pavés se posent des pluviers.

Sur les toits de la ville une cloche résonne.

Longuement sa rumeur aux fenêtres frisonne ;

Sur le haut du beffroi veillent des éperviers…

 

Une femme descend l’ancestral escalier

Et désigne du doigt la voie universelle.

Pauvres ou bien puissants s’inclinent devant elle

La terre, au soir, s’évide au pied d’un olivier…

 

Le temps sur ses rouets tisse des écheveaux.

Les moineaux se sont tus, au loin un chien aboie.

Une nouvelle étoile, au firmament, flamboie ;

Un corbillard avance aux pas lents des chevaux…  

 

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 19:40

Silhouette éphémère, entre vie et trépas,

Un homme au regard clair chemine à la lisière

Intangible du monde. À chacun de ses pas

S’égaient derrière lui des oiseaux de poussière…

 

Nul ne sait qui il est, d’où il vient, où il va,

Simplement il est là ! Sur les rives du vide,

Il flâne bercé par la voix d’une diva

Dont nul autre que lui n’entend le chant vivide…

 

Libre de s’envoler, l’âme en apesanteur,

Il lui importe peu de mourir ou de vivre.

Appréhendant le sens du verbe fondateur,

Une douce clarté l’auréole et l’enivre…

 

Tout au bout de sa route aux limites des eaux,

Sur le sable estampée affleure une épithète

Divine, des colliers de novas en faisceaux   

Dessinent la maison du sublime architecte…

 

Au fronton de sa porte oscille une clef d’or,

Sitôt le seuil franchit, une aube spiralée

Entrouvre sa paupière et le néant s’endort ;

La clepsydre s’enroule à la voûte étoilée…

 

 

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 19:35

Tout le long des chemins, les légendes résonnent.

Murets de pierres d’Oc, la flèche d’un clocher,

Un calvaire, une croix et les âmes frissonnent

Au souffle incandescent d’un antique bûcher…

 

Les cendres des martyrs ensemencent la terre.

Lors du prêche le soir, le thym, le romarin

Accueillent en leur sein les mots du magistère ;

La rocaille palpite au pas d’un pèlerin…

 

Empreinte digitale à nulle autre pareille,

La voix des troubadours s’emperle de blasons.

Fils tissés, retissés, de la bouche à l’oreille,

La mémoire résiste aux rondes des saisons…

 

Des cohortes de ceps verdoient l’argile sèche.

Lorsque le souvenir se voile d’organdi,

Seulement affublé d’une tunique rêche,

Une ombre déambule au soleil du Midi…

 

Inscrite dans le roc l’histoire des cathares

Étend ses ailes d’or. Parmi les oliviers,

De cimes en vallons, les cordes des cithares

Chantent aux quatre vents l’envol des éperviers…

 

 Aux limites du ciel, éblouis de lumière,

Sommeillent sur les hauteurs de fiers et vieux châteaux. 

Dans le soleil rasant, tourbillons de poussière,

Au loin un chevalier dévale les coteaux…

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 23:04

Parmi les nymphéas fleurant le firmament,

Une étoile filante ondoie un pas de danse.

J’effeuille délicat, les fleurs du sentiment,

Amouraché mon cœur hésite et puis s’élance…

 

L’essence d’un parfum éclaire un encensoir,

Sous la tonnelle assise, une rose au teint pâle

Fredonne une chanson. Dans la douceur du soir,

Ma lyre se suspend à ses cheveux d’opale…

 

Vestale, la nuée embaume les buissons,

Envols de papillons en gerbes d’aubépines,

Des ailes de cristal bisent les frondaisons

Et tissent des colliers d’iris et serpentines… 

 

Capeline de soie et masque de velours,

Arlequine s’enroule aux doigts d’une comète,

Et charme d’un regard les astres troubadours

Qui aux balcons du ciel jouent de la clarinette…

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 14:51

Initié par la voix de l’auguste prophète

Qui porte la parole humblement en esthète,

Je chemine pensif le long d’un corridor

Et cherche l’énoncé qui mène au nombre d’or…

 

Une empreinte de pas m’indique le passage.

Du maçon fondateur décryptant le message,

Du bout des doigts, j’effleure, un à un, les secrets

Que la pierre conserve en ces lieux consacrés…   

 

Funambule penché sur la table d’écriture,

Je vois des fils d’argent tissés par la nature.

Encensoirs ciselés dans le noble métal,

S’évadent des parfums de musc et de santal…

 

En cercle autour de moi, les filles d’Harmonie

Pastichent en chantant l’humaine comédie.

Posés sous la clé d’arc ceinte de capitels 

Simples tables de bois se dressent des autels…

 

Comme venu d’ailleurs, j’entends le magistère

D’une voix solennelle énoncer ce mystère ;

À droite un livre ouvert, sur la gauche, un godet

De terre ; entre les deux un arbre torsadé…

 

Immuable chemin de la métamorphose,

La souche et le bourgeon musardent en osmose.

Même au creux du silence, impérissable halo ;   

La vie, une et entière, émerge au fil de l’eau…

 

Depuis les temps premiers, spiralé sur lui-même, 

Tout être porte en lui les mots clefs du poème ; 

L’ignorance et la peur nourrissent nos rancœurs,

Ce que nous quémandons est inscrit dans nos cœurs… 

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 14:18

J’ai posé sur le seuil mon sac et mon manteau

Et puis je suis entré dans l’antique oratoire. 

Anges ou bien démons sculptés sur un linteau

De marbre, dès l’entrée illustrent l’histoire…

 

Sous la clé d’un arceau m’accueille un bénitier.

S’évadent des ambons l’écho de voix divines.

Diffuse, une clarté glisse au bas d’un pilier ;

La clepsydre s’enroule aux doigts des angevines…

 

Les travées de la nef convergent vers l’autel.

Modeste silhouette à coté d’une aiguière,

Une femme à genou s’adresse à l’immortel ;

Des anges bienveillants bénissent sa prière…

 

Sur la table de bois recouverte d’un linceul

De soie immaculée étincelle un ciboire

Finement ciselé. Dans un coin d’ombre, seul

Un chandelier d’argent éclaire un vieux grimoire….

 

Du livre consacré, je feuillette des yeux

L’écriture serrée. Épitres symboliques,  

L’alpha et l’oméga s’élèvent vers les cieux ;

Tout s’achève et commence en lettres prophétiques…

 

Sur des charbons ardents, de musc et de santal,

Des parfums capiteux s’évadent sous la voûte.

À fleur d’âme ou de ciel, envolées de cristal,

Lancinante, le chant d’une diva m’envoûte…  

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 13:58

Musant dans l’aube claire au chant de la colombe,

Aux croisées des chemins, sur le flanc d’une combe,

Froissements d’organsin, soyeux présage aillé,

Sous un vieil olivier l’oiseau s’en est allé…

 

Au hasard de mes pas sourires en allées,

De trouées en sous-bois, cistes et azalées,

Aux doigts du vent léger, fleurent inaltérés

De délicats parfums sous des cieux éthérés…

 

Luminescence enclose, angélique brindille,

Au coin d’un œil de pierre une larme brandille.

Leste comme une anguille un mince filet d’eau

Gazouille entre deux seins nichés sous un ormeau…

 

Enchatonné de miel, voilette safranée,

L’horizon se répand bleu méditerranée.

Lacis échevelé, lent roulis assaini,  

Par vagues la lumière arpège l’infini…

 

Un sentiment de paix pointe son nez d’hermine.

D’un battement de cils nature s’enlumine.   

Sur l’océan céleste ondoie un églefin,

De l’astre en fusion, il pleut du sable fin…

 

 

Partager cet article

Repost0