Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Préface d’Anne de Lierre

 

 

Lorsque pour la première fois, il y a bien des années, j’ai lu un poème de Philippe Lemoine, j’ai le souvenir d’avoir, de suite, était fascinée par cette poésie dont la qualité de plume et les images fortes sont dignes d’un « Voltaire ».

 

Quand vous lirez cet ouvrage « Les innommables… » Vous ne pourrez échapper au partage des sentiments qu’il vous offre. En ses joies et tourments, de ses doutes, de ses douleurs et certitudes, en ses calices d’amertumes, en son immense soif d’amour, vous puiserez l’espérance.

 

Ame sensible égarée dans un monde délétère, de guerre, de misère, de souffrance, les yeux grands ouverts sur la folie humaine, il chagrine, il souffre, il accuse et flirte avec la métaphysique.

 

Ses mots font parfois frémir d’effroi mais, quelle merveilleuse sensation, quel pur bonheur éprouvé avec des poèmes comme : « Dans les jardins de Séville… » Et, écoutez ce tercet du très beau sonnet :

 

« D’un verbe flamboyant… »

 

Révolte, ô ! Vérité ressuscite en mon cœur,

Du lyrique et du beau fais de moi le vainqueur,
Du souffle incandescent je veux trouver l'éthique !  

    


Sa versification possède du rythme, lors de sa lecture, son tempo vous entraîne aux frontières de la pensée réfléchie. Il impose le questionnement mais le poète nous donne sa réponse :

 

 

Sans écho, la prière épaissit le néant,

Aux portes de l’esprit disparaît le géant,

Sous le poids du fardeau, la raison se morcelle

Et…, l’âme s’assombrit de n’être que mortelle… »

 

 

Sur le chemin d’écriture, Philippe Lemoine cisèle ses vers. Alchimiste, dans le magma de son ressenti, il choisit ses rimes et de l’ombre, il fait jaillir des gerbes de lumière. Avec son Moi interpellé, sa mémoire effeuillée, sa sensibilité aiguisée, son intimité projetée sur le miroir du monde, il déchiffre les formes de l’envie, il donne corps à son désir et compose la musique des mots.

 

La poésie étant avant tout une alchimie, l’art de transmuter le plomb en amour et l’indicible en beauté, de ce pouvoir l’âme et le cœur se fondent et dérivent vers la source de pure jouissance où seul le poète peut accéder. Maître de son art Philippe Lemoine est un authentique poète, il possède ce secret…

                                              

 

- Anne de Lierre

 

Peintre et Poétesse, Lauréate de l’académie internationale de Lutèce

Membre fondateur et du bureau des Lettres et des Arts Septimaniens

 

 

 

Préface de Marie-Andrée Balbastre

 

 

Philippe Lemoine aime les mots à la manière d’un collectionneur minutieux qui accumule et entasse ses trésors avec avidité dans ses tiroirs…

 

Mais les mots ne sont pas sages quand ils débordent l’âme du poète : ils se croisent, s’entrechoquent et dansent en une folle sarabande de vers et de quatrains, clamés «  d’une voix haute et clair » à la face du ciel.

 

Ce n’est pas seulement pour la saveur du verbe et son goût dans la bouche que Philippe Lemoine écrit avec cette ferveur, ce n’est pas seulement pour étancher sa soif ; c’est pour dresser un bouclier contre l’obscurantisme et le cynisme du monde ; c’est pour s’élever contre les misères, les dictatures et les oppressions de tous bords.

 

Tant de rêves de lumière à faire surgir des tréfonds des ténèbres ! D’autres mots alors se détachent tels des flambeaux ; Amour, Liberté, Solidarité…

 

Longtemps après la dernière page des « innommables » ne soit tournée, résonne encore, comme un écho, ces cris exhumés du plus profond de l’humaine poésie.

 

 

 

- Marie-Andrée Balbastre

Auteur Compositeur

Présidente de l’Association Poésie Terpsichore 

Partager cette page

Repost 0
Published by