Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 22:50

Une feuille s’envole et le souffle d’automne,

Répercute l’écho d’un soupir monotone,

 Sur le bord de la route un pétale fané

  Ressuscite en mon cœur le parfum suranné

D’une fleur dont l’amour me poursuit. Souvenance,

Le gréement d’un bateau doucement se balance,

Sous les toits, une chambre aux murs immaculés,

Sur le lit, des draps blancs et deux corps entoilés,

L’un à l’autre arrimé, derrière une fenêtre

Ronde, sous un plafond ovale ou bien peut-être

Ailleurs, je ne sais plus, j’entends le vent du large,

 Le songe ainsi revient s’inscrire dans la marge.

Je regarde passer l’immensité du temps

Et retourne souvent sur les bords des étangs,

En chemise de soie, au firmament la lune

Se dénude pudique. Ô ! Belle femme brune

 Sous ton voile de tulle, assis au fil de l’eau,

Au touché de mes doigts, j’imagine ta peau

Encore frissonner mais un nuage passe,

Dans le bleu de mes yeux ton visage s’efface,

La solitude est là récurrente à foison

Personne aux alentours ni même à l’horizon

Alors l’esprit nomade, au dos des portes closes,

Par le rêve j’endors mes vieilles ecchymoses…

Une rose, jadis, dans mon âme a planté

Son épine et depuis pour ne pas, hébété,

Succomber au regret, comme pris de vertige,

Homme ivre, je titube et m’enroule à sa tige… 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Souffles d'encre...
commenter cet article

commentaires