Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 23:10

Vigne vierge accrochée à l’ivoire des pierres

Blanchies par le soleil, volets bleus, délavés,

Des bosquets de lauriers et des roses trémières,

Un figuier alangui, nuages lessivés

Au surplomb d’une mer aux reflets améthyste,

Dans un coin de garrigue, une maison de pêcheur

Où, paisible le temps, sans secousse, subsiste.

Tout autour de grands pins dispensent leur fraîcheur.

Sous la tonnelle un chat, allongé, se prélasse.

Un homme, près de lui, est assis, il écrit.

Immobile, un lézard, dans l’ombre, se délasse.

Sur la table, en désordre, un feuillet manuscrit,

Quelques mots d’encre noire, une lettre, un poème.

Comme venu d’ailleurs chante un bandonéon,

Une femme fredonne un vieil air de bohème.

Un parfum de moka flotte sur le perron.

À chaque lunaison dans la douceur du vivre,

Sans hâte, mon amour, les yeux entrelacés,

Une à une, effeuillons les pages du grand livre.

Par l’étoile du Sud, tout simplement bercés,

Abolissons le temps des vieilles déchirures.

Sur les rives de l’âge, ensemble à fleur de peau,

Laissons glisser le sable entre nos doigts matures

Et dériver la vie assis au bord de l’eau … 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Intime confidence...
commenter cet article

commentaires