Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 13:58

 J’ai souvent rencontré des menteurs et des sages.

L’un parlait comme un livre. Érudit et hautain,

Il pensait l’univers, inventait des images,

Il croyait à la science et dans le genre humain…  

 

L’autre prêchait l’amour comme le font les poètes.

Pour lui, tout est écrit par la divinité,

Tout perdure, soumis aux bons vœux des prophètes,

Il méditait ainsi sur l’immortalité…

 

À l’école, l’esprit gouverne toutes choses.

À l’église tout est de l’ordre du divin,

En toutes vérités, je ne vois que psychoses,

Mensonges et frayeurs, je ne suis pas devin…

 

Déments, ils sont, je suis. Réunis, nous ne sommes

Que de simples passants corrompus par l’orgueil.

J’ai cessé de prier. Mes dieux sont nés des hommes.

Rien ne subsiste ailleurs, mon corps est un cercueil…

 

Je suis le nègre blanc que le monde redoute,

Partout les gens ont peurs de ce qu’ils sont, miroirs

De ce que je suis moi lorsque je dis : le doute

Qui m’assaille et m’emporte aux pourtours des trous noirs…

 

Lassé de me cacher sous des masques livides,

De moi-même restant encore émerveillé,

Je crache sur la mort car mes poches sont vides;

Je partirai demain le cœur dépenaillé… 

 

Synthèse minérale à la forme atypique,

Je suis né du chaos sur l’étal d’un bazar.  

Mon sang a la couleur de la corne d’Afrique

Et le blanc de ma peau n’est que fruit du hasard…

 

Partager cet article

Repost0

commentaires