Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 00:10

Lorsque gronde l’orage et que le ciel chancelle,

Dans la tourmente, il est toujours une chandelle

Une blanche lueur tremblante au firmament

À laquelle une main s’accroche fermement,

C’est la main de l’enfant qui voit partir son père

Qui pour ne pas pleurer cherche un point de repère.

Il ne sait rien du monde et son atrocité,

Il porte l’innocence et rêve en aparté

Aux fleurs et aux oiseaux dans les bras de sa mère

Dont il oublie ainsi la solitude amère…

Le nez à la fenêtre, il regarde danser

Les feuilles dans le vent, les nuages glisser

Comme autant de voiliers vers l’azur en partance

Et il guette son père avec persévérance…

Pour oublier l’attente, il dessine un jardin

Où un homme le prend dans ses bras ou matin,

Il chantonne son nom. Lorsque la nuit est claire,

Au pinacle, scintille un astre solitaire 

Et, quand vient le chagrin, sur son petit cahier,

Il griffonne au crayon un rameau d’olivier…

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Vaincu par l'orage...
commenter cet article

commentaires