Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 02:01

 Une tour, des remparts, une carte postale,

Toits rouges, des maisons au bas d'un vieux d’un château, 

Une image posée entre le ciel et l’eau,

Un coin de paradis sous la voûte vestale.

Un quai, une jetée, un phare sentinelle

Avancent sur la mer où les cieux bigarrés

Déposent des colliers de rubis chamarrés,

Des écharpes d’iris que la vague crénèle.

Calme langueur d’été sur les eaux fluctuantes,

Sous les ocres chaulés du village endormi, 

Dans la rade du port, tournées vers l’infini,

Humant l’Albe venu d’Espagne, dilettantes,

Des barques, l’une à l’autre accolées, amarrées,

Câlinées par les flots, rêvent de dériver,

De voguer vers le sud, ensemble d’éprouver

L’ivresse du tumulte et des grandes marées.

Avec elles, je flotte entoilé au rivage,

La volupté du vivre exalte ses couleurs ;

L’âme en apesanteur, parmi les oiseleurs,

Je me sens amoureux de ses rives sans âge…

Partager cet article

Repost0

commentaires