Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 12:17

Que c’est triste de vivre à genou, résigné

De toujours ramper comme un ver tête basse,

Gangréné par la peur de traîner sa carcasse

Que c’est triste de vivre enfermé, consigné

En d’immondes mouroirs sans oser respirer,

De roder esseulé cachés sous les décombres,

D’oublier qui l’on est au royaume des ombres,

De trembler sans avoir la force de pleurer !…

 

Que c’est triste de vivre au creux du souvenir,

Dans l’attente d’un mot, d’un modeste sourire,

D’avoir la tête ailleurs, dans un vague délire

De chercher dans le noir un visage à chérir…

Délavés par les ans, dans un demi-sommeil,

Qu’ils sont tristes ces yeux tournés vers la fenêtre

Qui contemplent le vide et ne savent peut-être

Ni le bleu, ni le gris que dispense le ciel…

 

Que c’est triste la mort qui lambine à pas lent,

Elle ronge les esprits et séquestre les âmes

Dans des univers clos où s’épuisent les flammes

Et féroce le temps s’éternise indolent… 

Usés jusqu’à la corde, assis dans un fauteuil,

Qu’ils sont tristes ces corps affalés dans l’absence,

Qui ne peuvent bouger prisonniers, sans conscience,

Dont l’on porte déjà le chagrin et le deuil…

Partager cet article

Repost0

commentaires