27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 07:54

 

 Ô songe incertain, essence volatile,

Quand sur nos cœurs l’hiver aiguise ses couteaux,

L’ombre des souvenirs s’effiloche en lambeaux,

Tout ce qui fut bâti se révèle inutile… 

 

De naguère et jadis, tant de choses mortes

S’émiettent sur le sol, de pétales fanés 

Gisent ici ou là, de parfums surannés

S’épuisent, certains jours, à frapper à nos portes…

 

L’empreinte de nos pas sous un masque de givre

Épouse les contours d’un visage inconnu,

Dans le bleu de mes yeux, le paysage est nu ;

S’érodent doucement le vouloir et le vivre…

 

Passe, passe la nuit des vieilles lassitudes

À chaque soir sa peine et l’attente revient,

Ô Dieu de miséricorde, il fait un temps de chien

Je suis seul dans le lit des grandes solitudes…

Partager cet article

Published by Philippe Lemoine - dans Intime confidence...
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog