Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 21:40

Les mots venus du cœur lorsque l’âme chavire,

Comme de longs échos, dérivent sans rien dire,

Esseulé, l’être reste avec le sentiment

Qui sans cesse mûrit tel un fruit lentement… 

 

Douces nuées d’embruns que seuls les coquillages

Répercutent aux grés des courants sur les plages,

 Le ciel a les couleurs de ce silence amer

Que chantent les marins otages de la mer…

 

Aux côtoiements des sens, sous un voile de tulle,

Errance de l’esprit, l’intime déambule,

Le « non-dit » trouve corps dans le souffle infini

Qui résonne intérieur au puits du ressenti…

  

Nul besoin de parler, de chercher à comprendre 

Ce cri que la raison ne sait encore entendre,

Fugaces bruissements et soupirs éperdus

Demeurent à jamais dans le temps suspendus…

                                            

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Vaincu par l'orage...
commenter cet article

commentaires