Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 22:46

Arrive le moment d’apparaître sans masques,

De l’être à son contraire affronter l’inconnu,

Magma de solitude accrochée à mes basques,

Je dis ma différence et me dévoile nu …

 

Mon cœur est un jardin esseulé dans l’immense.

Afin de voir fleurir le lis des impalas,

Il sème de l’amour le grain et la semence

Et se nourrit de paix quand son corps est trop las.

 

Lorsqu’il se sent perdu dans des lieux de misère,

Qu’il se débat meurtri dans un corset d’acier,

Quand, sur la terre, rode une ombre carnassière,

Qu’une lame pourfend le tronc de l’olivier    

 

Faisant fi des talus escarpés, des épines,

Des ronciers malveillants, des essaims de frelons,

Il plante sur les murs de blanches aubépines

Qu’il tient sous sa tonnelle à l’abri des grêlons …

 

Tourterelle, il palpite et entrouvre ses ailes.

Exaltant les couleurs de son âme d’enfant,

Il chantonne et puis rêve à des aubes nouvelles ;

Poète avant d’être homme, il devient l’oiseau blanc …

Partager cet article

Repost0

commentaires

belle russe 12/07/2013 14:52


C'est vraiment très beau !

Philippe Lemoine 11/12/2013 16:42



Merci