Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 09:22

L’on s’accroche à l’amour, aux sentiments humains,

À la volonté d’être, à la beauté du vivre.

L’on s’invente un destin mais vides sont nos mains ;

Tous nos désirs sont vains, quand se ferme le livre.

 

On peut dire et vouloir, se leurrer, se mentir,

S’encorder à la vie. Au gré des espérances,

Estimer, méditer sur le temps, l’avenir ;

Tout n’est qu’illusions, que pertes et souffrances.

 

Suspendus sur un fil, entre doute et clarté,

L’on attend éreinté devant la grande porte,

Flottant entre deux eaux, l’ultime vérité,

Inévitablement, que la mort nous emporte…

 

 Depuis le premier jour, le cœur saisit d’effroi,

Égaré dans le monde, à chaque instant, lucide,

Je suis l’autre ! Cet autre allongé, le corps froid, 

Qui porte au fond de lui les gènes du suicide…

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Vaincu par l'orage...
commenter cet article

commentaires