Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 02:48

Lorsque la solitude allonge ses vertèbres,

Qu’elle vous crucifie à grands coups de marteau

Et dans le cœur vous plante, aiguisé, son couteau,

Des fantômes, la nuit, empèsent les ténèbres…

Quand son étau vous tient sur son lit de misères,

Qu’il vous concasse l’âme à la faire gémir

Jusqu’au point de rupture, elle vous donne à vomir,

Tourmenté, gangréné par de mauvais ulcères…

Lorsqu’elle vous emprisonne au tréfonds d’une impasse

Qui sur vous se referme inexorablement,

Tel un vieux chien fidèle atteint d’épuisement,

Sans ligne d’horizon la volonté s’efface…

Quand vous restez proscrit devant les portes closes,

Que l’esprit tourne en rond sans pouvoir se poser,

Qu’aucun souffle de vent ne vient vous apaiser,

La vie est insipide et pleine de nécroses…

Quand le silence tombe aussi lourd qu’une enclume,

Quand l’esprit déraisonne et se met à parler

Aux ombres sur les murs au point de les frôler

Du regard, un bruit de pas bruisse à titre posthume…   

Lorsque l’espoir se pend à des vapeurs d’absinthe,

Qu’il cherche dans son verre une main à serrer,

Le spectre d’un sourire afin de vous leurrer,

Vous parcourez sans fin le même labyrinthe…

Quand sur la table reste, ébréchée, une assiette

Sans hôte ni convive, un grand voile d’ennui

Vous ôte toute envie et l’appétit vous fuit,

Comme un guignon rassis l’existence s’émiette…  

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Vaincu par l'orage...
commenter cet article

commentaires