Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 01:26

Fantôme rampant dans la brume,

Contre mon geôlier révolté,

Le cœur épris de liberté,

Lors d’une nuit noire, sans lune,

J’ai franchi les murs de l’enclave.

En brisant les fers à mes pieds,

J’ai quitté ces tristes quartiers

Où je vivais en esclavage

Depuis le jour de ma naissance.

Déliant les fils du destin,

J’ai suivi le premier chemin

Et couru comme un homme en transe ;

  Plus de barreaux, plus de cages.

Découvrant un monde inconnu,

D’un pas léger à demi-nu,

Je traversais les marécages,

Les plaines, les forêts, la campagne.

J’allais chantant, à pleins poumons,

Un air conjurant ces démons

Négriers et gardiens du bagne.

Je n’étais plus l’ombre asservie,

Cette chose sans lendemain,

J’avais conscience d’être humain ;

J’étais le maître de ma vie !...

 

**********

Au loin, soudain, j’entends la meute,

La cohorte des miliciens.

À mes trousses, des cris, des chiens

Sanguinaires que l’on rameute…

L’épouvante me paralyse,

Inutile de pleurnicher,

Que faire, fuir ou me cacher ?

Dès lors, la peur me galvanise,

Que m’importe la route à suivre,

Semblable à un fauve éperdu,

Je cours le souffle suspendu ;

L’impératif est de survivre !

Fini le temps des inquiétudes,

Où je courbais le dos soumis

Aux désirs de mes ennemis.

Fini le temps des servitudes !

Je ne rejoindrai pas l’enclave

Dont, longtemps, comme un animal

J’ai subi le cycle infernal

Sans pouvoir exprimer ma rage.

Du passé, j’ai tourné la page,

D’avoir volé ma liberté

J’ai découvert la dignité,

Plutôt mourir que d’être en cage !...

 

**********

Homme debout face à lui-même,

J’affirme mon identité.

Vient le moment de vérité,

La liberté pour seul emblème,

Il me faut lutter, me débattre

Et regarder, droit dans les yeux,

Mes bourreaux, la mort et les cieux ;

Juste avant de périr combattre !

À pas lents, j’ai repris ma route,

L’aube enluminait l’horizon,

Des oiseaux, dans la frondaison,

 Chantaient. Gaillard, j’allais sans doute

Vers la seule porte possible.

Je savais mon destin tracé,

Bien qu’un peu décontenancé,

Je cheminais, l’esprit paisible,

Parmi les pins, les térébinthes,

Les herbes folles et les fleurs…

J’ai séché ma crainte et mes pleurs

Grisé par l’odeur des jacinthes…

Parvenu près d’une rivière,

Un coup de tonnerre soudain,

Une pierre blanche à la main ;  

 Je suis parti vers la lumière…

 

**********

L’esprit en paix avec la terre

Au levé du jour éthéré

Le corps pétrifié, rassuré

Par le sourire de ma mère

Et sa voix, lointaine mais douce,

 Qui me chuchote tendrement

À l’oreille, inlassablement,

Ce mot d’amour que rien n’émousse,

 Loin des cris, des fracas hostiles, 

Les yeux grands ouverts face au ciel,

Au seuil de mon dernier sommeil,

Sur un lit de mousses fertiles,

Les doigts posés sur la blessure

D’où le sang, comme un filet d’eau,

S’évade et colore la peau

De mon front puis ma chevelure,  

Aux extrémités des herbages,

Près de la rive en espalier,

Sous l’ombrage d’un olivier,

Couché, parmi les fleurs sauvages,

Je dors bercé par l’eau du fleuve,

Je n’entends plus les chiens brayer

Ni même le monde aboyer,

Je rêve et je fuis l’aube neuve…

 

Partager cet article

Repost0

commentaires