Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 23:46

Les hommes ont les pieds carrés, triste univers,

Ils marchent sur la tête et pensent à l’envers,

C’est ainsi que toujours ils dévastent le monde,

De la cause à l’effet, la terre n’est plus ronde…

Funestes tourbillons de sable et de poussières,

Les souffles de l’enfer, en cohortes guerrières,

Déferlent du désert et laissent derrière eux

Qu’aridité, misère et spasmes nauséeux…   

Innommables péchés, des nappes de goudron

Divaguent sur les mers. Comme dans un chaudron

Le climat se détracte, ouragan et tornade

S’en donnent à cœur joie et portent l’estocade…

Hier encore jardin peuplé d’oiseaux, de fleurs…,

Sous les poings de l’humain, la planète est en pleurs ;

Terrible vérité, la nature agonise

Et la foule s’en moque éructant sa bêtise…

S’érodent doucement les neiges des glaciers,

Saumâtres, pollués, les fleuves nourriciers

Deviennent des égouts. S’étend la sécheresse ;

Les peuples affamés sombrent dans la détresse… 

Le plomb et le mercure altèrent le limon,

Les eaux venues du sol, pleines de goémon,

Émétique bourbier, croupissent dans la fange

Et rien ne peut survivre au phénomène étrange…

 Le ciel a les couleurs de ses gouffres profonds

Où l’œil ne voit plus clair, sous de mornes plafonds,

Chaque jour plus épais, les astres disparaissent :

Nous sommes sans futur ! Crient les enfants qui naissent…

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Vaincu par l'orage...
commenter cet article

commentaires