Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 02:16

Tu as perdu le fil de ta première enfance,

Au lieu du souvenir un vaste trou béant,

Ton vécu de naguère appartient au néant,

En ton cœur reste inscrite une ancienne souffrance…

Son fantôme parfois effleure ta conscience,

L’inusable secret enrubanné de pleurs

Te désigne du doigt et les vieilles douleurs

 Entrouvrent le tombeau dont tu as la prescience ;

Monte des profondeurs des oraisons funèbres,

Le cauchemar revient et rampe sous le toit,

Souviens t’en, cet enfant dans le noir, c’était toi !

Tu es seul dans un lit prisonnier des ténèbres.

Ta mère a du chagrin et tu t’en sens coupable,

Coupable d’être là. Pourtant tu n’as rien fait

Mais tu ne le sais pas. Tu portes le méfait

Et la fêlure s’évase intense, inacceptable…

Une femme sanglote au creux de ta mémoire,

L’ombre de la mort flotte et tu ne comprends pas

Tu ne vois plus ta sœur, seul résonne le glas,

Il te faut oublier pour survivre à l’histoire…

Tu ne vois pas ses yeux ni même son visage,

C’était juste un bébé qu’une pierre a frappé,

Triste et pauvre destin qui nous a tous happé ;

Elle s’appelait Claudie et demeure sans âge…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Intime confidence...
commenter cet article

commentaires

Juliette 23/02/2011 04:38



Triste épopée qui laisse un vide difficile à gérer pour un jeune enfant !


très bien décrit!


Amicalemet


Juliette



Philippe Lemoine 25/02/2011 02:12



La vie continue...


Amitiés poétiques