Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 02:53

L’horloge du salon égrène les secondes,

L’heure sonne le glas comme triste refrain,

Tout paraît se dissoudre ailleurs dans d’autres mondes,

Tic-tac, tic-tac, au loin s’arrête un dernier train…

 

Un bruissement de pas résonne dans ma tête,

Une femme me donne un obscur faire-part,

Brisé, le chef d’orchestre a posé sa baguette,

Anonyme, une voix annonce le départ….

 

Allongé sur ton lit, tu regardes le vide 

Et marmonne à voix basse une vieille chanson,

Dans tes yeux délavés plane une ombre livide,

Je ne sais pas quoi dire et j’en perds la raison…

 

Ephémères les mots appellent le silence

Et ta main se raidit sous mes doigts engourdis,

J’ai perdu ta chaleur, étrange somnolence,

Il me semble te voir sourire au paradis…

 

Déjà le jour s’achève, il est temps mon ami

De se dire au revoir, bouche et paupières closes.

Tu me donnes congé. L’âme et le cœur moroses,

Je referme la porte et te laisse endormi…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Vaincu par l'orage...
commenter cet article

commentaires

Jenny 19/03/2011 13:29



Je suis triste ne pas voir un commentaire


sur une si belle poésie :-(


Je te reconnais bien, là...


Bonne continuation et bisous



Philippe Lemoine 20/03/2011 01:47



Ne soit pas triste mon amie Jenny, les commentaires ne sont pas l'essentiel, les mots n'appelent pas toujours des mots...


Bisous et douce nuit à toi