Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 12:13

Qu’importe si mon rêve émerge insaisissable

Et livre son empreinte aux caprices du sable,

D’outrepasser le souffle émanent du trépas

J’en tisse la voilure à chaque nouveau pas.

À toute heure l’espoir au clocher carillonne,

Libre d’imaginer ma plume tourbillonne,

Un sourire, une rose, une offrande du ciel

Et je sème les mots comme des grains de soleil

Qui font parler les murs aux pourtours des venelles

Et se grisent du vent effleurant les tonnelles…

Qu’importe si le temps assèche l’encrier,

Je puise dans la foi la force de crier,

D’un hymne ou d’un poème, étripant tous ses vices,  

Je dessine le monde au gré de mes caprices.

Ici, je donne forme aux êtres délaissés

Qui rodent en silence aux abords des fossés.

D’une image, là-bas j’éveille un paysage,

Je vais, je viens, je chante et danse sous l’orage.

Entiché d’une étoile à chaque instant du jour,

Je consume ma vie au bûcher de l’amour…

Qu’importe si le feu calcine ceux qu’il touche,

Je baise et mord la vie à pleine et grande bouche,

Éclaboussures d’encre au verso d’un buvard,

L’espace se dilate et s’épanche bavard,

Se dévoile niché au creux des métaphores

Dont la poésie emplit les secrètes amphores.

D’un verbe, je suspends le cycle des saisons

Et recouvre l’hiver de vertes floraisons.

Éveilleur d’infinis, roi des métamorphoses, 

Je peins avec des mots l’âme et le cœur des choses…

Partager cet article

Repost0

commentaires

Olivier 07/12/2012 17:28


Un poème empli d'émotion, par un poète visiblement épanoui !...

Philippe Lemoine 11/12/2013 16:42



Un bel hommage à ma modeste plume, merci