Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 09:06

Lorsque femme prend pose entre draps de satin

Qu’elle dévoile à demi la courbe délicate

D’une épaule ou d’un rein, qu’elle, d’un air mutin,

S’étire comme un chat allongé sur sa natte…

 

Sur le fil du désir malgré moi voltigeur,

Désarmé par son jeu, je succombe à son charme

Et ne peux m’empêcher de contempler songeur

La troublante beauté qu’à mes yeux elle incarne…

 

Et quand elle se tourne et laisse imaginer

La naissance d’un sein, faussement ingénue

Qu’elle s’étend lascive et me fait présager

L’ovale chamarré de sa peau presque nue…

 

Les sens émoustillés, je vacille entiché

Submergé par l’émoi mais les mots pour lui dire

Mon attrait, mon amour s’envolent au touché

De son corps alangui qui me frôle et m’aspire… 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Souffles d'encre...
commenter cet article

commentaires