Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 14:40

Le long des quais déserts dorment de vieux bateaux,

Peut-être un jour l’un d'eux partira vers le large,

Sur ma joue une larme aiguise ses couteaux,

Je vais le dos voûté me perdre dans la marge…

 

Suspendu sur le fil d’un maigre filament  

Homme désincarné, je marche vers le vide,

Doucement je titube et je ne sais comment

Apprivoiser le temps qui sous mes pas s’évide…

 

Souvenance des jours où j’allais sifflotant,

Tandis que devant moi le chemin se délabre,

Ultime compagnon de mes amours d’antan,   

Au bout du parapet demeure un candélabre…

 

J’imagine une voix qui me dira demain

Les mots tendres et doux que mon cœur affabule,

Se pose sur mes doigts l’empreinte d’une main

Dont j’encense le grain hagard et somnambule…

 

Estampillé revient l’étrange sentiment,

Le rêve s’effiloche et le monde bascule,

Sur l’eau de mes yeux bleus, étoile au firmament,

Le corsage échancré danse une libellule… 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Vaincu par l'orage...
commenter cet article

commentaires