Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 14:23

Nourri par ma conscience, à qui voulait l’entendre,

Haut et fort, je disais les mots consensuels,

Ceux qui dans l’air du temps semblaient universels,

Balayant les sujets sans même les comprendre…

Certes de bonne foi, je clamais mes critiques

Mais j’occultais de fait certaines vérités

En demeurant aveugle à ces réalités

Que je ne voulais voir au nom des grands principes…

De toutes les laideurs les tenant responsables,    

De mille lieux communs, étayant mes propos, 

Sans gloire ni périls enivré par les mots,

J’allais le doigt pointé désigné les coupables !...

 Tandis que je bramais ma révolte bourgeoise,

Exaltant l’humanisme et hissais le drapeau

Des gens bien pensants en suivant le troupeau

Des intellectuels soudain, douce et narquoise,  

J’entendis une voix résonner dans ma tête :

« Toi, l’homme préservé des soucis quotidiens,

Tu donnes des leçons et cries avec les chiens,

D’être l’un de ceux là ; tu me déçois poète ! »

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Vaincu par l'orage...
commenter cet article

commentaires