Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 09:55

Éloigné de tes yeux, j’ai si peu d’importance,

Qu’il me semble, pour toi, avoir peu d’existence.

Si souvent écarté, oublié, repoussé,

Comme mis dans la marge, évincé, délaissé,

Chancelant sous le poids de ton indifférence,

Je demeure contrit dans ton ombre insouciante.

C’est ainsi, je le sais ! Il est vain de pleurer

Ou même quémander ; Je vais me retirer,

Te laisser accomplir ton destin à l’envie,

Sans bruit, à pas feutrés, m’éclipser de ta vie,

Renoncer, disparaître et peut-être partir

Loin, très loin, si loin, seul dans le repentir…

Dévasté, je préfère arpenter le bitume

Que nourrir, dans mon cœur, le fiel de l’amertume… 

Partager cet article

Repost0

commentaires