Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 23:51

Tout au fond d’un couloir, en d’étranges maisons,

Il est des escaliers, qui,  comme des impasses,

Ne débouchent sur rien d’autres que des prisons ;

Là restent à jamais closes des portes lasses…

 

L’oreille à leurs battants, le cœur désemparé,

Dans la pâle clarté des jours et des nuits sombres

Où bruissent les secrets, j’écoute soupirer,

À mi-voix sangloter, le chuintement des ombres…

 

Au bord d’une étagère, un vieux livre écorné,

Une main en caresse, une à une les pages,

Ainsi passe le temps, le temps désincarné

Dont seule la mémoire esquisse les visages…

 

Accrochés sur les murs, la pierre ou le torchis,

Souvenirs délavés, des images troublantes,  

Des cadres, des photos, des spectres défraîchis

Frissonnent, tremblants, dans la lueur des lampes…

 

Chevrotantes, des voix, d’un murmure parfois,

Comme des disques rayés, ressassent, monotones, 

Le lancinant refrain d’une chanson d’autrefois

Que reprennent en chœur d’antiques gramophones…

 

Sur de profonds sofas aux velours safranés,

Sirotant du thé froid aux arômes fadasses

Et brûlant de l’encens, des parfums surannés,

Des êtres égarés survivent têtes basses…

Partager cet article

Repost0

commentaires