Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 14:25

Chevauchant la lumière au fil du paysage,

Comme ce fou d’alors qui voulait conquérir

Et le ciel et l’espace, au risque de périr,

Sur un cheval ailé, longuement je voyage…

 

Aux pourtours du soleil sur les traces d’Icare,

Ébloui par la flamme émanent du géant,

Improbable centaure aux abords du néant,

Sans ennui ni regret, je sombre, je m’égare…

 

Puisque rose ternit dans le berceau des âmes

D’avoir glané la vie aux rives du couchant,

Du rêve tisser l’or jusqu’à mon dernier chant,

Je pourrai dire alors que j’ai séché mes larmes…   

 

Qu’importe si le feu consume ceux qu’il touche,

Sous la cendre sommeille un cœur incandescent

Qui n’attend qu’un soupir, qu’un souffle évanescent

Pour soudain de la mort enluminer la couche…

 

Et même si ma voix dans le vide tremblote,

Aux quatre coins de moi j’ai tant la soif d’aimer

Que j’exalte à foison l’horizon enflammé,

Sous les flots assoupis ma liberté chuchote…

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Les correspondances...
commenter cet article

commentaires