Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 23:50

De la pluie et du vent qu’importent les raisons,

Car la terre agonise et les hommes s’en moquent,

 Assoiffés de pouvoir les Ego s’entrechoquent, 

Tout commence et s’achève au rythme des saisons…

 

L’orage a beau frapper, dévaster la maison,

Toujours les mêmes jeux, la carte détestable 

Augure le désastre exposé sur la table,

Vois, la dame de pique endeuiller l’horizon…

 

Existe-t-il un lieu préservé des rumeurs,

Un modeste carré vêtu de mousse tendre

Enrobé de silence où je puisse m’étendre,

Sans plus penser, absous du monde et ses clameurs…

 

Je cherche dans le ciel une escadre d’oiseaux,

Une blanche nuée ou la trace d’un ange

Mais seul, à mes appels, répond un rire étrange,

Le démon dans mon cœur a planté ses ciseaux

 

Et mon âme d’enfant déchirée, en lambeaux,

S’époumone à rester accrochée aux balustres

De l’espoir déjugé par le souffle des rustres

Qui déportent le rêve en de sombres tombeaux…

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Vaincu par l'orage...
commenter cet article

commentaires