Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2009 6 21 /11 /novembre /2009 01:27

J’ai suspendu le monde au vouloir de mon être,

Rien ne peut exister si je ne dis peut-être,

L’essence poétique, humaine abstraction

Est calligraphiée en simple impression…

   

 Tout est originel dans la métamorphose

Car tout est là transcrit au cœur de chaque chose

Libre de tout symbole et ancien préjugé

Acquis, seul l’inné donne effigie au projet…         

 

  Dans l’attente d’un mot l’horizon me regarde

Et titube indécis vers la nuit par mégarde,

Enténébrant ses yeux dans un miroir sans tain ;

J’en estompe la lèvre effilée au lointain…

 

J’ai peint le ciel d’un noir si profond que le vide

Lui-même disparaît, nulle clarté livide

Ne vient dilapider l’ample conception

Assujettie au pouvoir de l’inspiration…

 

Puisque ma vision commande l’apparence,

Je bâtis mon poème absous d’interférence,   

Ce n’est pas le ciel qui me dit ce qu’il est : mais

Moi qui le ressuscite autrement désormais…

 

J’en façonne le corps d’un ruisseau d’encre agile,

Cent fois, sur le métier, j’en malaxe l’argile

Puis de le baptiser, bravant l’éternité,

J’en féconde l’œuf d’un verbe inusité…

  

Il me reste à donner une forme, un visage,

Une nature inédite à l’obscur paysage,

De ce que j’imagine esquisser les contours

Et, fil à fil, l’orner de mes plus beaux atours…

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Les correspondances...
commenter cet article

commentaires

Claire S. (pseudo ClaireLumiere) 08/12/2009 22:42


 quel plaisir de revenir me promener parmi tes émotions ... C´est un havre de paix et de recueillement. Merci Je
reviens bientôt