Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 03:40

De toi, mon cœur résonne encore, funambule,

Comme étreint par le vide, arrêté, suspendu,

Je reste là saisis, sans rien dire, perdu,

Un trouble sentiment doucement déambule...

 

Fugace ton baiser me laisse entre deux mondes,

Somnambule, je pars, orphelin, dérouté,

Etrange impression de vivre en aparté,

De glisser, submergé vers des sources profondes…

 

Je suis, soudain, en terre, inconnue, étrangère,

Je ne sais plus quoi faire, il me faut respirer,

Apprivoiser la vague et me désaltérer

Aux puits du ressenti de l’humeur passagère…

 

Je quitte le chemin des mornes habitudes

Et le long de l’étang, je marche au fil de l’eau,

Sur la rive, je cueille une plume d’oiseau,

Je regarde le ciel, la mer des solitudes…

 

Aucun envoi ne vient disperser le silence

Des mots qui se sont tus mais s'éternisent là

Nomades, tristement beau, vivant au de-là

Du réel, plein d’espoir, d’amour et d’opulence…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Vaincu par l'orage...
commenter cet article

commentaires

Pierry10 20/08/2009 15:13

Vaine  quête d’idée où ma rime s’égareMélangeant l’encre vide aux cernes de mes nuitsDéversant sur mes yeux la peur de n’y rien voirIl pleure  sur ma feuille la froideur et l’ennuiAux vitres délavées par les doigts de la pluieMon cœur à petit pas vient cogner  sans y croireL’absence répondra demain comme aujourd’huiReferme ton futur, il est déjà trop tard...Dans le tombeau ouvert de l’irréalitéTon élixir sans fin s’écoule goutte à goutteUn dernier soubresaut sur  ma page froisséeVient colorier mon sang au bleu rouge des doutesEt dans chaque minute mon esprit sur sa routePoignardera l’oubli avant de s’y noyerTon silence têtu  enfoncera  le douteCar  ce qui fut hier ne sera plus jamais
Alors,

Les couleurs du silence habilleront mon âmeLe temps déposera   sa chape de chagrinLa douleur de l’absence enfoncera sa lameEn refermant sa porte sur mon cœur orphelin
.Dans cette solitude j'arpenterai tes pasCeux que j'entends au loin, ceux où tu ne viens pas ...

Philippe Lemoine 22/08/2009 04:12


Admiratif le poète à vos pieds dépose ses hommages et son amitié...