Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 01:46

Engoncé dans sa veste, abruti de fatigue,

Résultat quotidien d’un labour épuisant,

Trop fourbu pour rêver, d’un pas lourd et pesant,

Il marche tête basse à travers la garrigue.  

Trébuchant maladroit sur des mottes de terre,

Il ne sent plus ses pieds que le gel engourdis

Et ronchonne un blasphème inaudible tandis

Que craque son genou gauche au froid réfractaire.

Il ressent dans son corps les blessures de l’âge,

Comme, sans autre choix, se soumet le bétail,

L’usure d’une vie enchaînée au travail

De la treille, amoureux du plus petit cépage.

Mais plus que le labeur, du climat la rudesse,

Les morsures du Cers, l’âpreté du sentier,

La sueur et l’effort, les soucis du métier,

C’est le siècle actuel qui nourrit sa détresse.

Lui, qui depuis toujours soigne et nourrit sa vigne,

 Qui face au vent contraire, envers et contre tout,

Pour un gain de misère, endetté jusqu’au cou,

Lui qui, vigneron, fier a toujours vécu digne

Au monde et ses valeurs n’a plus d’appartenance.

Sans ménager sa peine, il a beau s’échiner,

D’une saison à l’autre, élever, façonner

Dans ses foudres le vin avec persévérance,

Il se sait condamner par l’humeur versatile

   D’une époque soumise à la loi du marché

Alors, las de lutter, découragé, touché

Dans ses tripes, vaincu par l’hydre mercantile,  

Il avance à pas lent replié sur lui-même

Et cherche dans son cœur une raison d’espérer,

Juste un coin de ciel bleu, la force d’augurer

Sans pleurer, l’avenir de la terre qu’il aime…

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans In Vino Véritas
commenter cet article

commentaires

Lueur 03/07/2009 02:59

Une poésie très touchante. Je suis remuée.Lueur

Philippe Lemoine 06/07/2009 11:59


Merci à vous lueur d'en avoir partager avec moi la sensibilité...
Amitiés Poétiques


Renard 26/06/2009 16:01

Ah la loi du marché, l'hydre mercantile comme tu la nommes...Que de beaux métiers que d'artisans sint et seront écrabouillés par elle... 

Philippe Lemoine 27/06/2009 13:35


Les uns ont toujours plus et les autres moins, l'humain devient chiffre quantifiable...
Amitiés Poétiques