Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 00:29

 

Amas de corps noueux pêle-mêle entassés

Ne pouvant de leurs doigts se suspendre aux nuages

Partout gisent des ceps l'un à l'autre adossés,

Victimes d'une époque aux coutumes sauvages...

 

Grave et silencieux, l'homme, les poings serrés

Et le regard mouillé, prémices d'un orage,

Plutôt que de gémir maints jurons éplorés,   

Avec peine contient le cri sourd de sa rage...

 

D'une triste colère il maudit l'horizon,

Tant de rêves brisés, d'amour pour cette terre,

De sueur et d'efforts à la morne saison ;

Sur sa joue une larme et il pense à son père...

 

Comme lui le vieil homme a donné sa santé

A ce Dieu noble et beau dont l'étrange ramure

Enfantait le fruit mûr d'une sombre clarté

Et de l'âme du vin ; il entend le murmure...   

 

Orphelin de la vigne, il demande pardon

De n'avoir préservé l'ancestral héritage.

Solitaire, il se sent, le cœur à l'abandon,

Complice, malgré lui, du funeste abattage...  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans In Vino Véritas
commenter cet article

commentaires

Renard 25/06/2009 21:47

C'est très beau, mais tellement triste...

Philippe Lemoine 26/06/2009 01:54


Mais aussi une expression d'une certaine réalité du monde viticol dans le Languedoc...malheureusement !
Amitiés Poétiques


Jasmine 25/06/2009 20:40

Ce poème est vraiment magnifique. J'espère que tu publieras vite un recueil de tes poèmes sur le vin, la vigne et les vignerons afin que je puisse à la fois déguster un bon cru en déclamant tes vers.

Philippe Lemoine 26/06/2009 01:57


Le projet avance Jasmine, pour l'instant (dans 8 jours) seul Poussière d'Oxygène sort de l'imprimerie...Penser que tu puisses déclamer mes vers est un honneur et un plaisir...
Amitiés Poétiques