Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 12:31

L’imaginaire seul délivre l’esthétisme

Et envoûte l’esprit faisant fi du commun

En cela devenu de l’ordinaire immun,

L’être s’étonne absout du fade despotisme

De l’inerte splendeur, source de solitude,

Qui forge de l’ennui le maillon destructeur.

Oracle des sens, l’art, d’un acte fondateur,

Sublime la nature, immense platitude,

Dont l’horizon restreint engendre l’étroitesse,

La mortelle saveur de la banalité

Et nourrit de son sein la médiocrité ;

Pire que la laideur, fille de la paresse.

 

Matière à s’étonner, métaphore invisible

Dont le cœur initié devine les contours,

Jusqu’à lors inconnus les modernes atours,

De l’œuvre dévoilant la profondeur sensible ;

Transcendant l’apparence, écrit en filigrane,

Immanent, suspendu dans ce monde au delà,

Présence enluminant l’huile, l’extase est là :

Hermétique au regard primaire du profane.

 Le génie inspiré, d’une métamorphose,

S’empare de l’image inscrite au firmament

D’un verbe inusité transcrit le sentiment ;

L’âme et la beauté sont unique et même chose !

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Insurgé Poétique
commenter cet article

commentaires