Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 12:12

J’entends vociférer dans mon dos l’arrogante

Certitude sans nom, la bêtise intrigante

D’un siècle dévoué tout entier au profit ;

D’exalter l’illusoire il se nomme maudit !

 

Le cœur gonflé d’orgueil, nouveau riche impudique  

Le vulgaire parade et célèbre ludique

Le vice et puis le crime et pire la fadeur,

Il est vrai que pour lui l’argent n’a pas d’odeur… 

 

Nous vivons dans un monde atteint de convoitises, 

Les hommes comme l’art ne sont que marchandises,

Tout s’achète et se vend ! Même le désespoir

Se monnaie à crédit sur le coin d’un comptoir.

 

Poète émancipé des vastes servitudes,

Ne pouvant accepter les viles attitudes,

Je récuse, insurgé, les sombres boniments

D’une caste infirmant les nobles sentiments…      

 

Plutôt que de me taire à l’abri de mes larmes

Je façonne les mots pour en faire des armes  

    Et pourfend l’arbitraire et son obscénité.

Que m’importe l’exil et son iniquité ;      

 

Je ne suis pas de ceux, de faible consistance,

Qui supportent l’injure avec joie et constance

Même dépenaillé je relève le front

Et j’efface d’un vers l’impudeur de l’affront.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Insurgé Poétique
commenter cet article

commentaires