Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 00:19

                                                            

Anonymes défunts, tant des nôtres sont morts

Rongés par la misère et le noble remords,

Cette chose étonnante aux pouvoirs fantastiques

Qui sans cesse revient de ses regards critiques

Tourmenter le poète en quête d’idéal

Ne voyant dans ses vers aucun sens capital.

 

Et tant d’autres encore apprivoisant la rime,

S’époumonent cachés, sans emphase ni frime,

Ils cherchent le mot juste exprimant la beauté

Et puisent dans leurs cœurs un brin de vérité…

 

Rituel d’une vie au service de l’œuvre,

Voyez-les s’échiner, simplement à pied d’œuvre ;

Ne trouvant ni la gloire et pas même l’argent,

Ils tentent d’exister dans un monde indigent,

 

Comme de longs échos qui sans fin se répondent,

Leurs verbes, d’une image, aux choses se confondent,

Effleurant l’ineffable avec humilité  

Ils conçoivent le beau pour la postérité…

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Insurgé Poétique
commenter cet article

commentaires

Les+Tisseurs+d'Ombre 27/05/2009 16:14

Une soif que le Léman serait bien en peine d'étancher...Il est parfois difficile de juger ses propres textes, ou d'en être simplement pas trop mécontent... cela me fait penser que je viens de récupérer ma connexion.Merci pour ce superbe texte.

Philippe Lemoine 29/05/2009 01:10


L'on ne juge pas, je dirai : comment être tout à fait satisfait de sa création ? Ne reste-t'elle pas inachevé ?
L'essentiel n'est pas le résultat mais le chemin, et celui-ci n'a nulle fin
Merci de se partage
Tisseur d'ombre, j'aime ce mystère poétique