Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 23:00

Il voit passer les gens, ils viennent tous le voir

Mais il ne sait pourquoi ? Son esprit s’interroge,

Pourquoi cette tristesse au son de l’au revoir ?

Fugace sa conscience à l’absence déroge

Et cherche le motif de ce vaste trou noir ;

Nulle lueur ne vient en dissiper l’abîme

Alors sur une chaise, amorphe, il va s’asseoir

Pour ne pas déranger, sa présence est infime.

 

 Son regard est ailleurs tourné vers l’intérieur,

Nul ne sait ce qu’il voit, nul ne sait ce qu’il pense,

Sur ses lèvres parfois un sourire rieur

Se pose avec douceur, vague réminiscence

D’une chose enfouie au plus profond de lui

Dont il ne saisit plus les anciens paysages.

Son corps est là, présent mais son âme s’enfuit

Vers un monde lointain aux ténébreux rivages.

  

Le souvenir s’efface . A chaque nouveau pas

Sa mémoire le quitte infidèle aux visages

De ces êtres aimés qu’il ne reconnaît pas ;

De l’oubli, il ressent les funestes présages.  

Insensible à l’amour, la mort pour horizon,  

Monocorde, sa vie a la couleur du vide,

Terne comme le ciel d’une grise saison ;

Celle du temps qui passe immobile et livide…

 

Partager cet article

Repost0

commentaires