Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 00:37

 

                                     

Ballottés par le flot du céleste chaos,

Des effluves de chair prennent corps en échos…

Enfanté par hasard au creuset de l’abîme,

Ébrasant le néant, un visage s’anime…

 

Obscurs fragments épars, particules de sang,

De fer, de cuivre et d’eau…, d’un orgueil insolent,

Esprit incandescent, d’un nom, il se prénomme,

Aux cieux, aux dieux, à tous, il clame « je suis l’homme ! »

 

Indécent, arrogant, par lui-même…, ébloui,

Fier, le voici debout, s’adulant réjoui,

Ébahi de si peu, partout ou l’œil se pose,

Il maudit, il détruit…, épelant chaque chose…

 

Il crie, il dit « je suis ! » Sur son désir, penché,

Cloîtré dans son esprit, sur son Ego, perché,

Il soumet l’univers à sa concupiscence,

Il veut, dictant sa loi, croire à son existence…

 

Égrenant sur ses pas plus d’horreurs que bienfaits,

Il oublie, éploré, la raison des méfaits,

Il maugrée, il gémit…, face à l’intolérable,

Il s’absout des délits et plaide non coupable…

 

Despote, de lui-même à peine satisfait,

Il ne peut s’exprimer autrement qu’imparfait,

Il se noie, il se perd…, magma de solitude,

Éprouvant le regret d’aimer sans certitude…

 

Être mortel naissant d’un verbe inachevé,

De douleur en douleur, par le temps, éprouvé,

Ange ou démon tremblant, face à la mort, livide

Il enduit son tourment d’un souffle fratricide.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires