Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 13:16

                                

Adossée à la nuit lueur contemporaine,

Grisâtre, un candélabre oscille à l’horizon

L’aube semble entoilée à l’ombre souveraine,

Elle annonce à mes sens la prochaine saison…

 

Cavalcade funèbre indécise en silence

Une rose s’effeuille et laisse sur ses pas

L’indicible parfum suscitant l’indolence

Où mon cœur musardait de la vie au trépas…

 

J’esquisse sur la vitre embuée un visage

Et la lèvre encollée à ce rêve éternel

J’embrasse la splendeur trouble du paysage

Dont j’épouse éveillé le fantasme charnel…

   

Une larme de joie embrase ma paupière,

Ruisselle sur ma joue un ruisseau cristallin,

Une femme apparaît presque nue en guêpière,

Dans ma tête résonne un rire sibyllin…

 

Sous le ciel embrumé, voile de satin tendre,

D’étranges papillons d’une chaste blancheur

Voltigent langoureux avant d’aller s’étendre

Sur un lange glacé sans grâce ni chaleur…

 

Hivernale, une étreinte ankylose mon âme,

Lorsque l’ennui s’installe au sein de l’univers

Et quand le souvenir décolore sa flamme

Reste la volupté d’en composer des vers…

 

Calme langueur neigeuse il pleut des éphémères

Etoiles de coton douces comme un baiser

Prude et mouillé semblable aux nostalgies amères

Dont l’empreinte à jamais demeure à préciser…


Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Les correspondances...
commenter cet article

commentaires