Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 00:40

 

 

Quand méditatif, l’homme observe l’infini,

Que du ciel, il perçoit l’insondable amplitude,

Lorsqu’il se sent fluet : commence l’inquiétude

Alors, d’être mortel, il se pense puni…

 

Lui, qui de l’éternel, se croit le fils béni

Mais dont l’ignorance est source de solitude,

Dans son lien au divin cherche la plénitude

Et d’un vœu d’absolu prie en catimini…

 

Il ne peut concevoir le vide sans rancœur,

Indicible la mort interpelle son cœur :

« Comment ressusciter autrement que poussière… ? »

 

De la vie éprouvant le cruel et le beau,

D’une quête de sens, il s’absout du tombeau

Grâce à son art, de l'oeuvre, il sonde la lumière…

 

Absolution…

 

 

Quand méditatif, l’homme observe l’infini,

Que du ciel, il perçoit l’insondable amplitude,

Lorsqu’il se sent fluet : commence l’inquiétude

Alors, d’être mortel, il se pense puni…

 

Lui, qui de l’éternel, se croit le fils béni

Mais dont l’ignorance est source de solitude,

Dans son lien au divin cherche la plénitude

Et d’un vœu d’absolu prie en catimini…

 

Il ne peut concevoir le vide sans rancœur,

Indicible la mort interpelle son cœur :

« Comment ressusciter autrement que poussière… ? »

 

De la vie éprouvant le cruel et le beau,

D’une quête de sens, il s’absout du tombeau

Et de l’œuvre, par l’art, ausculte la lumière…

 

Partager cet article

Repost0

commentaires