4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 10:28

 

Rosée, eau musicienne, imbibe du lys blanc

L’immaculé calice à la lèvre alcaline,

S’éveille le rejet nimbé de naphtaline

Qui vers le ciel s’entrouvre altérable et tremblant…

 

L’aurore, bleu murmure améthyste, aveuglant,

Ourle de l’horizon la pâle capeline,

La lune, au chant du coq, se cache sibylline

Alors le jour titube et musarde sanglant…

 

Folâtrant dans les prés d’un bruissement humide, 

La nature respire aérienne et timide ;

Sur chaque fleur se pose un cordeau de cristal…

 

Du nectar, la corolle est la discrète amphore,

De ses parfums, la vie agile s’évapore ;

Le soleil, ce matin, s’embaume de santal…

 

 

Partager cet article

Published by Philippe Lemoine - dans Poussière d'Oxygène
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog