Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 21:54

 

Complice malgré moi de l’hydre inacceptable

La mémoire arrimée au sentiment coupable,

Coupable d’être là, vivant parmi les morts,

Subsistant comme un rat rongé par le remords,

Mes rêves sont peuplés de prisons successives  

Dont je parcours sans fin les blafardes coursives.

Je vais de l’une à l’autre éprouvant la douleur

Inscrite sur les murs grisâtres, sans couleur.

Partout la même odeur me donne la nausée

Et semble prendre corps. Sur mes lèvres, posée,

L’acide infection mélange de sueur

De sang séché, d’urine entretient la frayeur. 

Transformant les plus forts en modestes cloportes 

Elle suinte indicible et transperce les portes,

Essaime son venin le long des corridors 

Puis, sans visage, rode autour des miradors,

Infecte les esprits, disperse sa matière

Pétrifiant d’effroi la cité toute entière.

Je vis loin de son souffle et pourtant chaque nuit,

Venu d’autres pays, son écho me poursuit,   

J’ai beau fermé les yeux sur l’immonde nature

Résonne en moi le cri de l’homme qu’on torture…

  

Partager cet article

Repost0

commentaires