Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 23:16

Longuement, j’ai rodé contemplant l’éphémère,

Esseulé, j’en parcours la perfide clameur,

Sous son faste et ses chants se cache la rumeur,

Aux détours d’un couloir j’ai croisé la misère…

 

Je l’ai vu s’attarder dans les yeux d’une mère

Dont l’enfant qu’elle porte expire sans humeur,

Elle s’attache à ses pas, colporte sa tumeur

Et flotte sur la vie incertaine et amère…

 

Fille du désespoir au trop sombre rideau,

Elle erre sur le temps le chagrin pour radeau,

Sous son voile, l’effroi, d’un sanglot, s’éternise…

 

Misérable, elle attend, quémandant du hasard,

Solidaire, une main, rien qu’un mot du regard,

Que d’un souffle d’espoir l’horizon s’humanise…

 

Partager cet article

Repost0

commentaires