Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 12:25

L’un estime la valse infiniment trop lente,

Cet autre, se complait de son rythme lascif,

L’un pressé la maudit, l’autre contemplatif

S’enivre de son eau follement insolente…

 

D’arpège en opéra, subtile ou rutilante,

Du violon, l’archet délivre un son captif,

D’un pupitre s’élève un timbre fugitif,

Les cuivres fièrement ravivent l’indolente…

 

Sur la chaussée hybride, ignorant les dangers,

Baladins et danseurs papillonnent légers

Et pétrissent d’espoirs l’exaltante matière…

 

Du destin, d’un hasard recevant la leçon,

Morose ou fortuné, chacun à sa façon,

Tout être de la vie incarne la lumière…

Partager cet article

Repost0

commentaires