Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 22:45

 

Il pleut, le ciel fardé d’encre mélancolique

Dessine les contours de mes yeux assombris

De larmes. L'aquilon emporte les débris

De l’été moribond, le temps passe aphasique…

 

Un bruissement de pas, le soir tombe identique

Au jour, silencieux, plein de mots sans abris,

Rien à dire et pourtant j’aime lorsque tu ris,

Résonne de ta voix l’écho fantomatique

 

Automnal, le chagrin embrume mon regard,

Nuage enténébré, le passé rode hagard, 

La page d’un vieux livre au loin s’enfuit livide

   

Et les pavés mouillés reflètent de mon cœur

La secrète ecchymose, un mainate moqueur

L’interpelle sans fin mais l’horizon est vide…

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires