Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 15:26

 

 

D’une graine à semer lorsque l’hiver s’essouffle    

Le cœur régénéré, je discerne attentif

L’estampille que laisse à chaque pas le souffle

Intemporel du vent dont le verbe furtif,

Sans jamais perdre haleine, émoustille l’envie

Et féconde la terre au rythme des saisons,

En cela généreux exaltant de la vie

Le cycle capital de nouvelles moissons.

 

De l’effluve, j’apprends l’invisible langage,

Sur la pierre je lis l’empreinte des ruisseaux,

De la nature du temps la mémoire sans âge

Et m’envole rêveur bercé par les oiseaux.

La vision m’emporte au delà des nuages,

Echo de toute chose au cœur de l’inédit

Je mute évanescent au gré des paysages ;

L’imaginaire veille et sans fin rebondit.

 

Libre et fécond, l’esprit porté par la lumière.

J’effleure de mes mots le rite séculier,

Et du monde perçois la parole première ;

De la vie à la mort le lien particulier.

 Plus riche de savoirs à chaque jour qui passe,

Je le sais, je le sens, fragment d’éternité,

Emplissant de mon cri l’inconcevable espace,

Je prendrai maints chemins toujours ressuscité. 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires