Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 14:18

Calme langueur d’été sous le ciel alité

Le jour a les couleurs que lui prête mon âme,

Il respire à son pas les parfums qu’elle émane

Et s’étire comme un chat plein de volupté…

 

Entrelaçant l’azur et ses vastes auvents 

Olympien l’horizon, de sa lèvre nimbée

D’or liquide, flamboie, électrise, galbée

La ligne où les coteaux dressent leurs paravents…    

              

Nomade intemporel, l’imaginaire inné

D’un murmure entrebâille une porte possible ;  

Commence ici le rêve au-delà du visible, 

J’en dessine l’étroit passage enluminé…

 

Toute chose est soumise au rythme de mon cœur

Et n’a pour fonction que de nourrir le songe,

Transmutant l’apparence en sublime mensonge

J’invente l’univers dont je suis le vainqueur…  

 

J’interpelle la mort, je révoque l’ennui,

Le soleil peut mourir la lumière demeure,

De l’ailleurs j’ai bâti l’allogène demeure,

L’un me dit c’est le jour, je réponds c’est la nuit…

 

Une horloge au loin sonne et j’entends un oiseau,

Croyez-vous que la mort de son doigt me désigne,

Utopique, insurgé, je persiste et je signe :

« Je me moque du vent car je suis un roseau… »

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires