Présentation

Recommander

Recherche

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Texte Libre

Derniers Commentaires

Syndication

  • Flux RSS des articles

Poussière d'Oxygène

Dimanche 3 mai 2009 7 03 /05 /Mai /2009 02:02

                                             

Dans le ventre se forme un œuf insoupçonné,

Sur le fil du hasard la chose se balance,

Du vide, informe éclôt la prodigue substance,

Des ténèbres s’élève un chant efféminé…

 

Tant de vapeurs que d’eau, d’un cri désordonné,

D’une assise précaire, appréhendant sa chance,

Hors du cocon, la vie émerge et puis s’élance…

Dérangé par le bruit s’ouvre un œil étonné…

 

Perplexe, le divin, du sublime miracle,

Contemple l’anarchie et consulte l’oracle :

« De l’ardeur, comment puis-je apaiser le chaos… ? »

 

De l’admirable flamme apprivoisant la gerbe,

C’est ainsi que naquit la puissance du verbe,

De sens et par l’art, l’homme en bénit les échos…

 

Par Philippe Lemoine - Publié dans : Poussière d'Oxygène - Communauté : au fil des mots
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 3 mai 2009 7 03 /05 /Mai /2009 01:59

Ostracisme…

 

D’une humide nature, enroulé sur lui-même,

Ouroboros, de l’œuf, conserve l’unité,

Tout cohabite en lui sans autre identité,

La flamme comme l’eau nourrissent son œdème…

 

Nul ne sait définir l’étrange théorème,

Chaotique et sans nom, l’incroyable entité,

Dans le vide répand sa sauvage beauté ;

De l’interdit, la vie ignore l’anathème…

 

De l’ordre, le cerbère inspecte l’univers,

Que de chahuts, de bruits, d’inutiles concerts,

Donnant naissance au verbe il classe la pagaille…

 

Contraires, frères et sœurs vivront inversement,

Du fertile embryon il émiette l’écaille :

En bas sera le blanc, le jaune au firmament…

 

Par Philippe Lemoine - Publié dans : Poussière d'Oxygène - Communauté : Île des Poètes Immortelles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 3 mai 2009 7 03 /05 /Mai /2009 01:58

                                             

Tout se régule au gré du divin métronome

Qui ranime en son sein le verbe inusité,

Une et universelle expire l’entité,

Tout chose s’amende en sa nature en somme…

 

L’or jaillit de la tombe et l’homme enfante l’homme,

Celui qui des anciens, porte, ressuscité,

L’embryon créateur voit de la vérité

L’instant où l’éternel en son être se nomme…

 

Molécule de sang, de fer, de cuivre et d’eau…,

Source claire, la vie, ordonnée en faisceau,  

A l’infini, du vide, auréole la toile…

 

Mère et sœur du chaos, sous ses aspects divers,

Sur un fil de lumière étendue en étoile,

La conscience s’émiette, embrasant l’univers…

 

Par Philippe Lemoine - Publié dans : Poussière d'Oxygène - Communauté : Île des Poètes Immortelles
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 3 mai 2009 7 03 /05 /Mai /2009 01:56

 

Comme la mer épand son sel sur les rivages,

A tout instant le cœur, de bruissements furtifs,

Embaume le chemin, maints poudrins fugitifs

Sur l’encre de la nuit estampent leurs visages…

 

D’aubépine et de quartz, dryades des nuages,

Du vide enluminant les murmures captifs,

D’inédites novas, de souffles créatifs,

Dessinent les contours de lointains paysages…

 

Merveilleux est le lien, cette inspiration

Qui, dans l’espace-temps, clame sa passion

Et, d’une chose à l’autre, essaime la lumière…

 

Impalpable le vent, messager du divin,

Comme un fil suspendu sur les pas du destin,

De l’amour retransmet la volonté première…

 

Par Philippe Lemoine - Publié dans : Poussière d'Oxygène - Communauté : Poétiquement vôtre !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 3 mai 2009 7 03 /05 /Mai /2009 01:55

 

 

Alchimiste des mots, chantre de l’ineffable,

L’imaginaire comme ultime vision,

Sous l’aile du langage, ouvre l’expression,  

Grâce à son art, l’aède effleure l’insondable…

 

L’âme pour véhicule au-delà du vocable,

De cet autre lui-même il sent l’effusion

De l’intime et du corps chante la fusion,

Initié son esprit déchiffre l’impalpable…

 

De la marée, il est le papillon de sel,

Du soleil et de l’eau le lien universel,

Celui qui, de l’amour, compose le cantique…

 

En cela musicien, libéré du réel,

Il entend, du sacré, le souffle intemporel

Et du rêve franchit l’admirable portique…

 

Par Philippe Lemoine - Publié dans : Poussière d'Oxygène - Communauté : le rêve, l'art et l'écriture..
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés