Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 10:18

La nature agonise, il n’est plus un grand fleuve

Qui ne soit pollué. La mer est une veuve,

Elle va et vient, cherche en vain ses poissons ;

Plastiques et pétrole épandent leurs poisons… 

 

L’argent ? Me direz-vous : l’homme succombe à ses appâts

Et les déserts, toujours, avancent à grands pas.

La terre, jadis, belle est devenue un bouge ;

Tout est sec, décharné, plus une herbe ne bouge…

 

Richesse et gloire pour tristes horizons,

Qu’importe les moyens, les causes, les raisons,

Les hommes ? Le pouvoir leur donne des vertiges ;

Fleurissent derrière eux que ruines et vestiges…

 

Plus de miel, de fruits, de fleurs, d’oiseaux courant le ciel,

Plus même un peu d’air pur ; tout est artificiel !

Outragé, profané, vaste taudis immonde,

Les nuits de désespoir, j’entends pleurer le monde !...

 

Partager cet article

Repost0

commentaires