Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 10:00

J’imagine la vie auprès d’un caroubier,

Petit bonheur furtif, le chant d’une cigale,

Dans la douceur du soir, me charme, me régale ;

Mon cœur est un bois tendre aux couleurs de l’aubier…

 

S’exhalent dans la nuit des brindilles de thym,

Il suffit de si peu pour que temps s’affole,

D’un mouchoir de coton posé sur l’herbe folle,

D’une flûte de vent aux ailes de satin…  

 

L’obscurité, soudain, évente ses manteaux,

La voix lactée entrouvre son corsage,

S’envolent de ses seins mille oiseaux de passage ; 

L’ébène de ses reins s’empaille de cristaux…

 

L’heure sonne, perchée au plus haut des clochers,

Glissent entre mes doigts de petits grains de sable ;

L’étoile de l’amour s’est assise à ma table,

Sur l’eau de ses regards, je fais des ricochets…

 

Sous le grand baldaquin, douceur et volupté

Entrecroisent leurs doigts de nacre et porcelaine.

Vénus et Jupiter tissent des brins de laine ;

Pyrites et saphirs perlent l’immensité…

 

Des flèches de lumière empaillent le cosmos,

La lune sur sa tige esquisse un pas de danse

Sur de vastes tréteaux, la corne d’abondance

Déverse ses fruits d’or sur les enfants d’Éros…

 

Partager cet article

Repost0

commentaires