Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 19:44

Bois de santal, musc noir, nuées de poivres fins,

Au bout des encensoirs, s’évadent sous la voûte.    

Fumerolles au vent, tout le long de la route,

Des bâtonnets d’encens consument leurs parfums…

 

Sous un saule-pleureur ou un palétuvier,

Valses à quatre temps, du printemps à l’automne,

Sur un vieux piano oscille un métronome ;

Des oiseaux de papier s’envolent du clavier…

 

Déjà sur les pavés se posent des pluviers.

Sur les toits de la ville une cloche résonne.

Longuement sa rumeur aux fenêtres frisonne ;

Sur le haut du beffroi veillent des éperviers…

 

Une femme descend l’ancestral escalier

Et désigne du doigt la voie universelle.

Pauvres ou bien puissants s’inclinent devant elle

La terre, au soir, s’évide au pied d’un olivier…

 

Le temps sur ses rouets tisse des écheveaux.

Les moineaux se sont tus, au loin un chien aboie.

Une nouvelle étoile, au firmament, flamboie ;

Un corbillard avance aux pas lents des chevaux…  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Je reviens d'un pays...
commenter cet article

commentaires