Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 11:26

Ineffable soupir mille fois défroissé,

Sur la montre solaire, un crayon empressé

Esquisse le mot fin. Sous la voûte éternelle,

À tout instant, le temps avance à tire-d’aile…

 

Envolées de feuillets tout justes préfacés,

Comme fumées au vent, tant de jours sont passés

Par le chas d’une aiguille et tant de souvenances

Rejoignent le chemin des grandes transhumances…

 

Mémoire, fil à fil, s’effiloche en lambeaux ;

L’immortel Chronos souffle, un par un, ses flambeaux.  

Tout le long du cadran, graines, jadis fécondes,

À pas serrés, l’horloge essaime les secondes…

 

Le maitre des tarots sonne l’heure au clocher.

Le tocsin n’y peut rien, assidu le cocher

Recueille au pied du lit et les cœurs et les âmes ;

Sur la rose des vents, la semeuse émorfile ses lames…

 

Dès l’aurore, la vie arpente le trottoir

Qui mène au laminoir où l’attend l’émondoir.

Sous nos portes la nuit s’infiltre le silence ;

Sur chaque arbre, un oiseau sifflote et puis s’élance… 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Intime confidence...
commenter cet article

commentaires