Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 11:19

Coups de poings, coups de pieds rageurs contre les portes,

Mille hussards hérissés de sabres, en cohortes,

Bastonnent les volets, lacèrent les buissons,

Et de longs hurlements font trembler les maisons…

Février émorfile, une à une, ses lames

D’acier froid. Sous ses coups, désemparées, nos âmes

Frissonnent près de l’âtre où craquent les bois morts

Et nous passons la nuit repliés sur nos corps…

Le temps n’a rien d’humain. Pas une silhouette

Ne se risque dehors, nul n’est assez hâbleur

Pour oser affronter l’ire de la tempête…

Pour conjurer le sort, le monstre dans l’errance,

L’un dans l’autre blottis, nous cherchons la chaleur

Et murmurons des mots d’amour et d’espérance…

Partager cet article

Repost0

commentaires